Vernissage le 9 novembre au Foyer de Vie La Planésié

Estelle VERNAY, artiste plasticienne en résidence de création au Foyer de Vie La Planésié, nous installe au cœur d’un espace fictionnel issu du cinéma (John CARPENTER), de la littérature de science-fiction (BALLARD) ou de séries télévisées. La référence à DUCHAMP, à la peinture flamande, augmentent la complexité de ce travail artistique et la résistance au cloisonnement en art.
Les vidéos d’Estelle VERNAY sont proches de la peinture romantique. L’obscurité, la nuit sont des matériaux qu’elle maîtrise parfaitement dans son geste filmique. De là se révèlent des objets ou des scènes dans leur pure apparence ou leur impalpable mystère. Cette artiste ne réfute pas dans sa démarche, à nous convoquer en tant que spectateur dans des univers étranges à la fois poétiques, contemplatifs et inquiétants. Catharsis, angoisse, « étrange-familier » traversent ses œuvres pour éveiller le regardeur à son in tranquillité, à son insondable.
PLAYTIME littéralement « le temps du jeu », s’inscrit dans ce propos. La série culte « Le Prisonnier » (1967), dont le célèbre Patrick Mac GOOHAN Numéro 6, dirige la proposition de l’artiste dans sa visée éthique et esthétique.
L’installation permanente, un échiquier qui ouvre sur le paysage somptueux de la Montagne Noire, déjoue la question de l’enfermement pour le mettre échec et mat.

« Tous les joueurs d’échec sont des artistes » Marcel DUCHAMP

https://estellevernay.tumblr.com/